Je suis ‘fine’ avec le confinement

En ce temps débordé d’émotions et d’inertie. Tout me semble iréelle. L’inconcevable est là. Je passe de blasé à heureuse. Et surtout, je m’approche de l’essentiel. Je me sens en sécurité à la maison avec Dieu.
Encore ébahi par ce que l’on vit, j’évite autant bien que mal de trop regarder les infos. Des scénarios et des théories, je m’en fais à la tonne.
Au milieu de la tourmente, je suis dans ma bulle, je prie en silence, je reste centré en dedans afin que mon regard soit à l’intérieur de moi. Cela me donne un sentiment de paix.
Vivre dans ma bulle de fantaisie
–Et c’est pour ça que

je suis fine avec le confinement

Discernement clair et coloré

En ce moment, avant de passer à l’action ou de prendre une décision, j’essaye d’avoir de la vigilance, de réfléchir et de focaliser sur le bon. Je suis en santé et non sur un lit d’hôpital.

J’accepte ma vulnérabilité et me remets en question – Question de m’éveiller.

Dans ce qui-vive humain, j’ai besoin de l’actualité, je veux être informé. Sans l’info, je me sens incomplète. Prise au piège, je sais que le faux journaliste des médias use de la technique de  manipulation de masse :

Rafale de nouvelles, commentaires et d’articles sur le virus, qui me provoque des sentiments et des jugement … non voulus. M’obligeant à me positionner et me demandant (de force) à me polariser (blanc/noir).

  • La ruée vers le papier de toilette, objet porte-bonheur/symbole de sécurité? Sommes-nous tombé sur le … cul?

Mon évolution avec le covid-19

Fragile est la vie, la vie n’est pas toute tracée. Mais j‘suis loin d’être prisonnière, j’suis proche du bonheur. J’ai «fermé boutique»

«Envoye à maison». Fait ce que tu as envie de faire. Désormais, j’ai la possibilité d’avoir un contrôle sur ma vie. Désormais, chaque moment peut devenir un beau moment.

L’existence est précaire mais c’est aussi un temps de bénédiction. De grâce, j’en tire avantage. Je profite de cette période diffusé au ralenti pour viser le primordial.

Surtout, je ne me sens plus coupable d’être heureuse.

  • L’enjeu, pour mon bien-être, c’est de voir le positif, d’avoir de la résilience, de l’empathie au lieu de la résistance. Et de me libérer tranquillement du consumérisme effréné et des sollicitations

Coronacrise

Je me protège. J’obéis aux mesures restrictives. Je prends toutes les précautions possibles. Mais je dois avouer ne pas m’être senti concerné par cette maladie. Pourtant, je sais que le virus n’épargne personne.

Les jeux olympiques sont reportés. Les commerces et grandes chaînes de magasins sont fermées. Des entreprises devront se restructurer. La techno et le pétrole seul survit alors que Wall Street s’enfonce dans le rouge. Notre paradigne s’écroule. Sur le psychisme collectif, des traces marquées au fer rouge. 

Notre monde change … à nous aussi de se transformer. De faire le deuil de l’ancien monde, du trop plein d’abondance. Dans mon for intérieur, je me sens comme dans une guerre … 

***

Quand notre vie d’avant va revenir? Quand tout cela va s’arrêter? Personne, ni même le gouvernement ne peut le dire. Un  jour à la fois. Au moins, ce gouvernment fait ce qu’il peut pour aider les ménages à payer leur comptes. 

Coronavirus et vie

Sans entrave de temps, les grasses matinées et la cuisine créative sont permisent et les appels-vidéo sont prisés.

Je me divertis ainsi : netflix-party de série en série, m’ambiancer avec de la musique, art-thérapie, youtuber, googler, achat local.

À mes corvées ! Pour le nettoyage en profondeur. Pour le maintien de mon foyer. Je nettoie de fond en comble, je range encore et encore. Aaaah les travaux ménagers me réconfortent.

Et je n’ai plus d’excuses pour ne pas commencer de nouveaux livres ou pour terminer des livres poussiéreux. 

Tandis que le covid-19 court les rues et que des personnes autour de nous meurent. Nous on reste dans sa bulle … Dopé sur l’info continu, et évidemment on ne parle que de ça!

L’histoire du moment

Inédit. Incomparable. Incroyable. Mais on l’a déja connu. Dans le passé, pour être contaminé on devait attendre le prochain bateau. De nos jours avec la mondialisation, la propagation est instantantané.

Qu’on se le tient pour dit : c’est ni la première ni la dernière pandémie. Vivons du mieux, cette expérience plus ou moins malaisante avec sérénité malgré la catastrophe, le bond et l’ampleur. 

  • Nous sommes tous dans le même bâteau. Une histoire vrai digne d’une superproduction de cinéma titré : Sortie de notre course à la productivité.

Se trouver un nouveau rythme. Le meilleur scénario pour passer à travers ? Prendre soin de soi, se planifier des tâches importantes à accomplir, des passe-temps à achever, suivre les recommandations de la santé publique.

Et se reposer assez … pour ne pas engorger le corps hospitalier.

Comme en Italie qui est le pays le plus touché à défaut d’avoir pu soigner tout le monde.

  • Phase de doute, phase de confiance

La béatitude de la lumière, la douleur de l’obscurité font partie de la vie. Nous sommes rendu à la fin. Du rythme fou, du délire alinénant.

C’est un événement à saisir en tant qu’opportunité pour agir mieux dans le futur.

baumeaucoeursignéLRE

Un baume au coeur, signé Le Fairmont Reine Elizabeth.

Une minute par jour, pourquoi ne pas avoir une pensée pour le monde? De ceux qu'on ne connaît pas, des démunis, fragiles, angoissés, démunis, malades et pour tous les morts.

On reste dans notre maison. On s’associe à sa maison. D‘habitude, on ne quitte pas cet endroit l’hiver … pour la déserter lorsque le printemps arrive. Mais pas cette année.

Faded Realm

  • Un malheur qui est merveilleux

Une part de travail nous revient. Être dans l’inconscience, c’est le chemin de la facilité. C’est se laisser mener par les autres sans pouvoir être responsable, sans se prendre en main. 

En s’incitant à vivre différement. En faisant halte à la surconsommation. En gardant le moral avec une routine équilibrée. Et en faisant attention à sa collectivité. 

Nous ne pouvons laisser le courant ‘coronavirusien’ écrire notre destinée. Nous pouvons aller sur la trajectoire d’une société qui suit les indications et qui ne s’emporte pas. Ainsi nous pourront surmonter la covid19.

Continuons de rêver d’évasion dans cet étrange contretemps sans précédent. Dans l’attente du prochain voyage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La crise est un appel à l’action. Du défi de l’arc-en-ciel.

Avons-nous pollué notre belle terre à tel point que …

Notre chère planète à développé un virus?

Elle nous signale une menace pour l’héritage de notre génération futur.
Elle dit : c’est assez la violence contre la nature!

Et c’est le début d’une nouvelle ère.

De petits et de grands changements. 
Continuons de bien vivre chez soi
La vie est belle. Ne laissez pas le doute planer.

Et c’est pour ça que j’ai écrit  –Je suis ‘fine avec le confinement

unnamed

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s